La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

8 peurs qui nuisent à la communication

Posté le 2020/07/20

8 peur qui nuisent à la communicationLes relations interpersonnelles sont inévitables. À moins de rester enfermé à la maison comme un ermite ou habiter dans le fond d’un bois, et encore là, vous devrez inévitablement sortir pour aller faire des courses, ne serait-ce que ...

8 peurs qui nuisent à la communication8 peurs qui nuisent à la communication

 

Les relations interpersonnelles sont inévitables. À moins de rester enfermé à la maison comme un ermite ou habiter dans le fond d’un bois, et encore là, vous devrez inévitablement sortir pour aller faire des courses, ne serait-ce que pour vous nourrir. Il est pratiquement impossible d’éviter tous contacts humains. D’autant plus que ça fait partie d’un besoin humain d’être en contact avec les autres. Vous n’avez qu’à penser à la pandémie due à la Covid-19 et l’impact que le confinement a eu sur les gens en général : isolement, dépression, suicide…

 

Par ailleurs, pour développer des relations saines et harmonieuses avec les autres, la communication est à la fois essentielle et très difficile à pratiquer concrètement de façon adéquate. La plupart du temps, soit on se tait (non affirmation), soit on exprime ce que l’on ressent de façon inadéquate (affirmation agressive) (lire mon article Comment développer une bonne communication). Il arrive qu’on accuse l’autre pour ce que l’on ressent, qu’on hausse le ton, certains utilisent la violence physique et/ou verbale, vont faire du chantage, menacer, injurier, juger, ordonner à l’autre d’agir selon leurs exigences…

 

Une des grandes difficultés à exprimer adéquatement ce que l’on ressent, ce que l’on vit par rapport à une personne, à une situation s’explique, entre autre, par les peurs que nous ressentons. À chaque fois que nous n’écoutons pas nos émotions, que nous ne les exprimons pas parce que nous avons peur, nous brimons ce que Colette Portelance, psychothérapeute, conférencière, auteure, créatrice et formatrice de l’approche non directive créatrice au Centre de Relation d’Aide de Montréal (CRAM) et à l’École Internationale de formation à l’ANDC, appelle la communication authentique et celle-ci nous empêche d’aller vers nos besoins et entretenir des relations saines. Comme elle le décrit si bien : « Communiquer authentiquement, c’est donc être en relation avec quelqu’un d’autre tout en restant en relation avec soi-même. » 

 

La communication authentique se définit comme une communication vraie. Nommer ce que l’on ressent réellement sans juger, sans blâmer l’autre ni se blâmer soi-même. Dire les vraies affaires! Cela demande de s’accorder du temps et de travailler sur soi.

Selon elle, il existe huit peurs qui nuisent à la communication authentique avec les autres. Il est important d’être à l’écoute de nos peurs et de leur laisser de la place sinon on s’empêche la satisfaction de nos besoins.

 

Voici donc huit peurs qui nuisent à la communication authentique.

 

1)    La peur du rejet : En règle générale, la personne qui a peur du rejet fera tout pour ne pas être rejetée. Elle sera gentille, aimable, aura de la difficulté à s’affirmer et agira dans le but de plaire, de se faire aimer. Elle ne sera pas  à l’écoute de ses émotions, ses besoins car elle sera davantage centrée sur ce que les autres attendent d’elle.

Cette façon d’être traduit un manque d’estime de soi (lire mon article Comment remonter son estime de soi) et un manque de confiance en soi (lire mon article 11 trucs pour augmenter sa confiance en soi). Comme elle est centrée sur l’autre et non sur elle-même, il lui sera très difficile, voire impossible, de communiquer de façon authentique avec les autres puisqu’elle entretient cette fausse croyance qu’il est impossible d’être en relation en étant elle-même.

 

2)    La peur de décevoir : Pour ces personnes qui ont peur de décevoir, leur but, leur objectif sera d’être parfaites. Rien de moins. Encore une fois, elles seront plus à l’écoute des autres que d’elles-mêmes. Le problème, c’est que malgré tous ses efforts, elles ne pourront satisfaire les désirs de tout le monde. Pire, elles renieront ce qu’elles sont vraiment pour satisfaire les exigences d’autrui. Cette peur de décevoir reflète un manque de confiance en soi (lire mon article 11 trucs pour augmenter sa confiance en soi).

 

3)    La peur de l’engagement : S’engager dans une relation, c’est, selon Colette Portelance, « s’attacher, inspirer confiance par l’authenticité et la responsabilité, assurer à l’autre l’affection, une présence, une fidélité constantes et sécurisantes en dépit des difficultés et des obstacles. » Or, selon elle, il n’y a pas de relation affective sans souffrance.

Être en relation avec les autres est un besoin essentiel pour l’être humain afin de s’actualiser, s’épanouir, se réaliser, être heureux. Néanmoins, pour entrer en relation sainement, il est aussi essentiel de pouvoir rester soi-même. Sans authenticité, nous devenons prisonniers dans cette relation. On peut être libre dans une relation, ce qui ne signifie pas faire ce que l’on veut quand on le veut, mais de pouvoir être soi-même dans l’écoute et le respect de l’autre. Tout simplement.

 

4)    La peur de blesser : J’entends souvent « Je n’ose pas lui dire ce que je ressens parce que j’ai peur de le (la) blesser. » Ce que je leur réponds, c’est qu’il ou elle n’est pas responsable de la réaction de l’autre. Toutefois, il ou elle est responsable de la façon qu’il ou elle nomme ce qu’il ou qu’elle ressent, ce qu’il ou qu’elle vit par rapport à la personne, la situation.

Ainsi, on peut exprimer adéquatement ce que l’on ressent en s’exprimant au « Je » (lire mon article Comment développer une bonne communication), aller vers ses besoins et prendre le risque d’approfondir la relation ou qu’elle éclate.

En osant s’exprimer de façon authentique, on envoie le message à l’autre qu’il est capable de recevoir la vérité, la réalité de la situation. C’est une marque de grand respect et d’amour pour soi et pour l’autre.

 

« Contrôler, c’est exercer son pouvoir sur le

monde extérieur, son monde intérieur et celui

des autres, par peur de l’inconnu. »

-          Colette Portelance

 

5)   La peur du changement : Saviez-vous que la plus grand peur de l’être humain est la peur du changement? Eh oui! En réalité, changer n’est pas devenir quelqu’un d’autre. Au contraire, le changement, qui vient de l’intérieur, c’est plutôt se retrouver et devenir de plus en plus soi-même.

C’est sécurisant de pouvoir contrôler son environnement, ce que l’on ressent, ce qui arrive, les autres… tout ça parce qu’on ne se connaît pas et qu’on ne se fait pas confiance.Comme l’explique si bien Colette Portelance : « Contrôler, c’est exercer son pouvoir sur le monde extérieur, son monde intérieur et celui des autres, par peur de l’inconnu. » Toujours selon elle, c’est la peur de découvrir sa partie sombre, son côté obscure qui empêche d’explorer son monde intérieur.

 

6)    La peur du jugement : Pour elle, ce n’est pas les divergences d’opinions qui causent problèmes relationnels, mais plutôt la conviction de détenir la vérité, d’avoir raison et que l’autre a tort. La personne est alors sur la défensive.

À ce moment, il serait bon de s’arrêter et de se demander pourquoi est-ce si important pour moi d’avoir raison? Derrière ce besoin d’avoir raison à tout prix se cache une peur d’être humilié, rejeté, rabaissé, jugé, dominé, et ces peurs conduisent invariablement au perfectionniste et cette fausse croyance qu’on doit être parfait pour être aimé.

Pour Colette Portelance, « seule l’expression de la vérité intérieure rapproche vraiment les gens parce qu’elle n’est pas défensive et parce qu’elle maintient la relation. »

À chaque fois que l’on jette le blâme sur l’autre pour ce que l’on ressent, ce que l’on vit, on se déresponsabilise face à nos choix, à notre propre responsabilité par rapport à la situation, à la personne. C’est aussi exercer un pouvoir sur l’autre par manque de confiance en soi, par rapport  à un sentiment d’infériorité, par peur d’être soi-même et d’être jugé.

Selon elle, le plus grand déclencheur de cette peur, c’est notre propre jugement que l’on porte sur les autres et, surtout, le jugement qu’on porte sur soi-même. On a peur d’être jugé parce qu’on juge soi-même les autres.

 

7)    La peur de l’envahissement : Cette peur de l’envahissement est directement liée avec le respect de soi, avec cette capacité à mettre ses limites (lire mon article 8 trucs pour respecter ses limites). Pour apprendre à se respecter, mettre ses limites, il est essentiel d’apprendre à se connaître, à s’aimer et s’accepter tel que l’on est.

On connaît tous au moins une personne envahissante dans son entourage, cette personne qui est tellement centrée sur ses besoins à elle qu’elle oublie que l’autre a aussi des besoins et des limites.

Selon Colette Portelance, une personne devient envahissante lorsqu’elle contrôle les émotions de l’autre, qu’elle la juge ou qu’elle fait de la projection, c’est-à-dire qu’elle attribue à l’autre ce qui lui appartient. L’autre n’a alors plus de place pour ses propres émotions, ses propres besoins. Quand on ressent de la jalousie, de la pitié, de la peine, de la colère, de la joie, c’est notre monde intérieur à nous, et non celui de l’autre.

Le travail consiste donc à apprendre à se connaître, se regarder afin de prendre conscience des émotions qui nous habitent, de nos réactions défensives afin de se responsabiliser par rapport à celles-ci et exprimer plus adéquatement ce que l’on vit afin de rétablir la communication et la relation.

 

8)    La peur du conflit : Il est utopique de croire qu’une relation saine, équilibrée peut être exempt de conflits, qu’on n’élèvera jamais le ton, qu’on sera toujours en accord avec l’autre, etc. C’est lorsque ça devient trop fréquent, récurrent ou qu’il y a de la violence (lire mon article La violence, c’est non!) qu’il y a un problème sérieux dans la relation et qu’elle peut être toxique. Sinon, avoir des discussions animées à l’occasion est tout à fait normal à l’intérieur d’une relation.

Colette Portelance explique que la colère est directement liée à cette peur du conflit. La colère est très mal perçue dans la société en général. Dès qu’une personne ose exprimer sa colère (lire mon article Comment mieux gérer sa colère), elle est jugée, critiquée, blâmée et peut même être rejetée ce qui crée en elle un sentiment de culpabilité qui peut l’amener à se rejeter elle-même.

La colère peut avoir un impact négatif majeur sur la personne qui refoule sa colère et sur la relation puisqu’elle ne peut être elle-même. Or, sans authenticité, il est difficile d’entretenir une relation profonde dans laquelle on peut s’épanouir.

Selon elle, ce n’est jamais la colère comme telle qui détruit la relation mais l’incapacité à reconnaître ses erreurs, sa part de responsabilité et la difficulté à rester en relation après la dispute. Le conflit permet le rapprochement, d’approfondir la relation, d’être vrai à condition, bien sûr, que l’un et l’autre s’acceptent mutuellement telles qu’ils sont, que chacun accepte sa part de responsabilité dans le conflit et soit à l’écoute de l’autre.

 

Apprendre à communiquer avec les autres en étant plus authentique, plus vrai, c’est avant tout apprendre à être à l’écoute de ses peur, de les accueillir, les apprivoiser, les affronter (lire mon article 4 trucs pour vous débarrasser de vos peurs) afin d’être en mesure d’être à l’écoute de ses besoins et d’exprimer ce que l’on ressent vraiment au lieu d’exprimer ce que l’autre veut entendre dans le but de plaire et d’être aimé à tout prix. L’idée n’est pas de faire disparaître la peur complètement, mais plutôt d’apprendre à vivre avec cette peur et de travailler en collaboration avec elle plutôt que de la laisser nous envahir et prendre le contrôle.

 

 

Prendre rendez-vous

819-699-0388

 

 

Vous aimerez aussi les ateliers en ligne Ouvrir les portes du bonheur:

En savoir plus

 

 

D'autres articles qui pourraient vous intéresser:

http://relationaide.net/blogue/comment-developper-une-bonne-communication/

http://relationaide.net/blogue/comment-remonter-son-estime-de-soi/

http://www.relationaide.net/blogue/11trucspouraugmentersaconfianceensoi/

http://relationaide.net/blogue/4-trucs-pour-vous-debarrasser-de-vos-peurs/

 

 

Référence :

PORTELANCE, Colette. La communication authentique. Montréal. QC.   Éditions du CRAM. 1997.

Partager via un média social

Écrivez-moi vos commentaires, vos suggestions de sujets pour des articles, etc.

Les champs signalés d'un * sont obligatoires.

 

 

Infolettre
Formation GRATUITE sur l'estime de soi

Courriel:
Prenom:

Nous utilisons une plateforme automatisée de marketing dans le but de gérer la relation avec nos clients et leur envoyer des courriels promotionnels. En cliquant sur «S'abonner», vous acceptez que l'information fournie nous soit transmise en accord avec notre politique de confidentialité et nos conditions d'utilisation.

Politique d'utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies pour stocker des informations sur votre ordinateur.

Acceptez-vous l'utilisation des cookies ?