Coach de vie versus psychologue

 

Qu’est-ce qu’un coach de vie par rapport à un psychologue?

Un psychologue est un professionnel, au même titre que le Coach de vie ou tout autre intervenant en relation d’aide, mais qui a étudié davantage la compréhension de l’être humain ainsi que plusieurs techniques d’intervention pour venir en aide aux personnes vivant des difficultés psychologiques. Il est aussi formé pour faire des évaluations psychologiques à l’aide de tests comme des tests de Q.I., des tests de personnalité, etc. contrairement à un coach de vie. Il doit obtenir un Doctorat en psychologie et faire partie de l’Ordre des psychologues du Québec pour pouvoir pratiquer. Un coach de vie n’a pas besoin d’une formation spécifique. Selon l’Ordre des psychologues du Québec, «le psychologue se distingue par sa capacité d’évaluer le fonctionnement psychologique et le fonctionnement mental, d’intervenir et de traiter dans le but de favoriser la santé psychologique et de rétablir la santé mentale».1

 

« Un Coach de vie est comme une lumière qui aide une personne

à mieux s’orienter sur un bout de chemin plus sombre. »

- Marie-Christine Savard, Coach de vie

 

Quelles différences y a-t-il entre un coach de vie et un psychologue?

Depuis le 19 juin 2009, un projet de loi (loi 21) a été mis en place. Selon l’Office des professions du Québec, «Cette loi modifie le Code des professions afin de prévoir une redéfinition des champs d’exercice professionnel dans le domaine de la santé mentale et des relations humaines pour les professions de psychologue, de travailleur social, de thérapeute conjugal et familial, de conseiller d’orientation et de psychoéducateur». 2 De plus,  «elle prévoit l’encadrement de la pratique de la psychothérapie. Elle prévoit une définition de la psychothérapie, une réserve de la pratique et du titre de psychothérapeute aux médecins, aux psychologues et aux membres des ordres professionnels dont les membres peuvent être titulaires du permis de psychothérapeute, la gestion du permis par l’Ordre des psychologues du Québec et la création d’un conseil consultatif interdisciplinaire sur l’exercice de la psychothérapie». Donc, le coach de vie ne peut faire de la psychothérapie.

 

En résumé, il n’y a que les psychologues et certains professionnels de la santé faisant parti d’un Ordre professionnel qui ont le droit de faire de la psychothérapie. Mais parmi les interventions qui ne sont pas considérées comme faisant parties d’une psychothérapie, même si elles s’en approchent beaucoup, et qui peuvent être pratiquées par un Coach de vie ou tout autre professionnel, il y a:

 

1) La rencontre d’accompagnement: Ce sont des rencontres régulières en individuel qui permettent à la personne de s’exprimer sur ses difficultés. Le professionnel peut aussi donner des conseils ou lui faire des recommandations.

2) L’intervention de soutien: Toujours lors de rencontres régulières en individuel, l’intervention de soutien vise à soutenir la personne dans le but de maintenir et de renforcer les acquis et les stratégies d’adaptation en faisant ressortir les forces et les ressources de la personne. Le professionnel peut alors rassurer la personne, donner des conseils et fournir des informations en lien avec l’état de la personne ou de la situation vécue.

3) L’intervention conjugale et familiale: L’intervention conjugale et familiale vise à soutenir et à rétablir le bon fonctionnement dans le couple ou au niveau de la famille par des rencontres avec les membres de ceux-ci.  Elle a pour but de faire ressortir les éléments qui ne fonctionnent pas et d’intégrer de meilleures stratégies ou moyens afin de rétablir l’harmonie au sein du couple ou de la famille.

4) L’éducation psychologique: L’éducation psychologique vise à un enseignement de connaissances pour de meilleures habiletés spécifiques et vise à développer ou conserver l’autonomie de la personne. Elle peut aussi viser à faire de la prévention de la maladie ou autres problématiques.

5) La réadaptation: La réadaptation consiste à aider la personne à traiter avec les symptômes d’une maladie ou à améliorer les habiletés. Elle vise à atteindre un degré d’autonomie en vue d’un rétablissement. Elle peut se faire dans le cadre de rencontres régulières de soutien ou d’accompagnement.

6) Le suivi clinique: Le suivi clinique consiste en des rencontres pour la mise en place d’un plan d’intervention dans le but d’aider la personne à contrer ses difficultés et ainsi retrouver son autonomie. Le plan d’intervention peut inclure plusieurs professionnels ou intervenants qui travaillent ensemble dans le but d’aider la personne à atteindre ses objectifs.

7) Le coaching: Le coaching consiste au développement des forces, des ressources ou habiletés de la personne qui désire s’actualiser. Elle n’est pas en détresse, ni en souffrance, mais désire seulement cheminer au plan personnel et réaliser des défis personnelles ou professionnelles.

8) L’intervention de crise: L’intervention de crise est une intervention immédiate, brève et directrice qui vise à un arrêt d’agir et est faite en fonction du type de personne concernée, de la problématique de celle-ci et de son entourage. Elle a pour but de stabiliser l’état de la personne ou de son environnement en lien avec la situation de crise.

 

 

N’hésitez pas à me contacter!!!

819-699-0388 ou à info@relationaide.net

 

 

Références:

http://aeesq.ca/communiques/

http://www.ordrepsy.qc.ca/fr/

https://www.opq.gouv.qc.ca/santementalerelationshumaines/domaine-de-la-sante-mentale-et-des-relations-humaines-projet-de-loi-21/